Se reconvertir pour devenir boucher / charcutier 

Le boucher/charcutier transforme les viandes en produits découpés et accessibles au public. Ces deux professions sont souvent confondues. Bien qu’elles utilisent les mêmes méthodes de préparation, leur différence se situe dans le traitement de la viande. Le métier du boucher se limite à la manipulation de la viande crue. Le charcutier, quant à lui, s’attelle à sa cuisson et à son traitement pour obtenir des goûts uniques.

devenir boucher reconversion

Présentation du métier

Le boucher et le charcutier travaillent tous les deux dans le même domaine. Les deux professions sont toutefois séparées, sans pour autant être dissociées. Le premier vend et prépare tous les types de viande. Le second se spécialise plutôt dans la préparation de la viande et ensuite de sa cuisson.

Les bouchers s’attèlent à des tâches parfois rebutantes pour récupérer la viande d’un animal. La plupart d’entre eux font appel à des spécialistes de l’abattage pour avoir de la viande froide. Toutefois, certains n’hésitent pas à effectuer la tâche personnellement. Le boucher veille à désosser l’animal abattu, pour ensuite découper la viande en morceaux. 

Sa fonction de boucher ne se limite pas à la préparation de la viande. Il commercialise aussi les produits, accueille les clients et les conseille sur les modes de consommation et cuisson.

Les tâches attribuées au charcutier sont les mêmes que celles du boucher. Cependant, une fois les viandes préparées, il ajoute des ingrédients pour obtenir un goût particulier propre à la charcuterie. La viande est ensuite cuite, en suivant les normes d’hygiène imposées.

Les qualités nécessaires

Le métier de boucher/charcutier s’exerce dans un environnement commercial rude. Pour vendre et écouler les produits, les deux professions exigent de solides connaissances en marketing. Le boucher/charcutier doit valoriser ses produits autant sur leur présentation que sur leur qualité.

Lors de la préparation des viandes, boucher et charcutier manipuleront des outils tranchants. Être manuellement habile tout en étant précis dans les techniques de découpe sont importants. Le professionnel veillera à ne pas commettre des erreurs au risque de se blesser.

Un boucher ou un charcutier ne doit pas craindre le contact avec du sang. Il en va de même pour les odeurs de la viande (cuite ou crue) qui peuvent retourner l’estomac.

Les connaissances et les compétences ne suffisent pas dans les métiers. Pour reconnaître les beaux morceaux de viande, il faut également avoir de la passion. C’est aussi un atout important lors de la commercialisation du produit. 

Désosser la viande, la découper et la préparer sont des tâches épuisantes. D’autant plus que le boucher/charcutier restera souvent debout. Cela requiert alors une excellente condition physique au quotidien. Les aléas du lieu de travail peuvent aussi être extrêmes. Cela concerne la chambre froide pour les découpes et les salles de cuisson pour la préparation de la charcuterie. 

Pour se démarquer de la concurrence, le boucher/charcutier se montrera inventif. Il saura mettre en avant des produits originaux au goût particulier.

Quelle formation pour travailler dans l’agroalimentation en tant que boucher/charcutier ?

Le métier de boucher est accessible via trois options :

  • Un Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) boucher, un certificat technique des métiers (CTM) option boucherie ou une mention complémentaire (MC) employé traiteur ;
  • L’obtention de diplômes à l’issue de formations universitaires. L’intéressé peut être titulaire d’un bac+2 en boucher charcutier traiteur ou d’un Manager unité marchandise boucher. Pour le niveau bac +3, il devra avoir une licence pro commerce et distribution boucher manager ;
  • L’intéressé est titulaire d’un brevet professionnel boucher ou d’un bac pro boucher-traiteur.

Quant au métier de charcutier, il est accessible après la classe de troisième. L’étudiant devra par la suite décrocher un CAP charcutier traiteur qui se préparera en deux ans. Comme pour la profession de boucher, l’intéressé pourra obtenir une mention complémentaire. Décrocher un BP Traiteur charcutier lui sera par la suite possible.

Carrière et opportunités d’évolutions

Un boucher/charcutier débutant trouvera de l’expérience dans les entreprises ou auprès d’un pratiquant indépendant. Les acquis lui permettront d’avoir ses propres affaires ou occuper des fonctions commerciales plus importantes.

Pour le métier de charcutier, le professionnel pourra aiguiser son savoir-faire et devenir chef charcutier, gestionnaire ou responsable des nouveaux venus. Le charcutier peut aussi travailler dans l’événementiel. Il présentera les produits directement consommables et veille à ce que la présentation soit visuellement agréable.

Les salaires envisageables

Le salaire du boucher varie selon le lieu où il exerce, et s’il travaille à son compte ou en tant que salarié :

  • En tant que salarié ouvrier boucher, le professionnel touche en moyenne 2200 euros ;
  • S’il occupe le rayon boucherie dans une grande surface, il gagne en moyenne 3400 euros ;
  • Avec un statut de libéral, son salaire est fixé en fonction du nombre de clients et de sa notoriété.

Le charcutier salarié débutant touche aux alentours de 1 500 euros mensuels.