Reconversion pour devenir fleuriste

Le fleuriste est un artiste à cœur ouvert. Confident des amoureux et conseillers des malheureux, il est un personnage important dans la vie de chaque personne. Ce professionnel crée des bouquets de fleurs et des arbustes, aide également les clients dans leur choix. Disposant d’un excellent sens relationnel, le fleuriste répond à chaque besoin en veillant à la satisfaction de la clientèle.
devenir fleuriste reconversion

Présentation du métier

Exerçant dans le commerce d’agrément, le fleuriste est responsable de vente d’un magasin de fleurs. Il joue notamment le rôle d’intermédiaire entre l’horticulteur et la clientèle.

Outre sa fonction commerciale, le fleuriste remplit aussi les tâches d’ordres techniques et artistiques. Il dispose d’une diversité de produits à commercialiser : bouquets de fleurs, arbustes et fleurs en pot, composition florale, etc. Il lui est donc crucial de garder une bonne organisation.

Dans son quotidien, le fleuriste se charge de l’entretien des fleurs et de leur présentation : arrosage, coupe, nettoyage, etc. Le métier exige ainsi une bonne connaissance des végétaux et des notions de base en botanique.

En tant que commercial, le fleuriste accueille également les clients. Se mettant à leur disposition, il saura répondre à des questions diverses.

Le fleuriste renouvelle quotidiennement ses produits. Sa journée commence tôt le matin. Il sillonne les grossistes dans les marchés floraux. Après avoir identifié les fleurettes et arbustes, il commande ses provisions pour la journée, la semaine ou le mois. Pour cela, il devra signer des livraisons périodiques.

Une fois en magasin, il stocke les produits et prépare les vitrines. Les fleurs sont des produits fragiles. Le fleuriste adoptera alors des techniques relatives à la bonne conservation et stockage des produits.

Généralement, cet artisan travaille dans les magasins et boutiques. De nos jours, on les rencontre de plus en plus dans les marchés libres, la distribution ou en jardinerie.

Les qualités nécessaires

Travailler en tant que fleuriste exige une adoration pour les fleurs. Aux connaissances basiques s’ajoute un amour de la nature et de la verdure. Un vendeur passionné est mieux investi dans sa fonction.

Plus qu’un vendeur, le fleuriste doit aussi, à la fois, être un conseiller et un excellent gestionnaire. Ces qualités sont indissociables au commerce. Le fleuriste doit être en mesure de gérer les activités internes de son magasin ou de sa boutique.

Travaillant dans un domaine très artistique, le côté créatif du fleuriste sera très recherché. En effet, le professionnel peut fréquemment faire face à deux problématiques distinctes. La première est de réussir à vendre les fleurs classiques. La seconde est de savoir répondre aux nouveaux besoins de la clientèle. Son authenticité et sa créativité l’aideront à améliorer sa notoriété.

Les fleurs sont sollicitées autant durant les événements heureux que malheureux. Le fleuriste doit alors être empathique pour conseiller les gens ou envoyer des bouquets de fleurs.

La fonction du fleuriste l’oblige à établir une excellente communication avec autrui. il saura alors comment échanger avec ce dernier, tout en considérant le contexte (Saint-Valentin, deuil, événement marquant, etc.).

Quelle formation pour travailler dans le commerce d’agrément en tant que fleuriste ?

Le métier de fleuriste est ouvert à toute personne disposant d’un Certificat d’aptitude professionnelle. L’intéressé devra être diplômé en CAP fleuriste et commencer à vendre comme professionnel dans le domaine.

Deux autres alternatives s’offrent aussi aux candidats souhaitant exercer dans la profession :

  • Disposer d’un niveau bac : un bac pro technicien-conseil-vente jardinerie ou métiers du commerce et de la vente. La personne pourra aussi prétendre à la fonction si elle dispose d’un brevet professionnel fleuriste ou d’un BM fleuriste ;
  • Disposer d’un niveau bac +2 : un diplôme de BSTA technico-commercial, jardin et végétaux d’ornement.

Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, la personne pourra suivre une formation en alternance ou professionnelle. Dans ce cas, elle poursuivra sa vie active, tout en préparant sa reconversion.

Carrière et opportunités d’évolutions

En sortant de sa formation, un fleuriste débutant travaillera en tant que salarié. Il s’agit d’une option conseillée pour acquérir de l’expérience. Dans un même établissement, après quelques années, il pourra devenir responsable, voire un spécialiste dans lavente de graine.

Une évolution professionnelle en tant que libéral est aussi envisageable. Dans cette optique, le fleuriste travaillera à son compte. Cependant, à ce choix sont rattachées des contraintes budgétaires. En effet, lancer son propre commerce floral nécessite un investissement important. Le montant engagé dépend du lieu d’implantation. En ville, il peut atteindre les 300 000 euros.

Les salaires envisageables

Un fleuriste salarié est payé en moyenne de 2 000 euros brut mensuels. Travaillant en libéral, sa rémunération peut atteindre facilement les 3 500 euros par mois.