Se reconvertir pour devenir kinésithérapeute

La kinésithérapie est un métier physique. Le kinésithérapeute effectue des massages sur des personnes souffrant de maux physiques. Il aide également à la rééducation, apaisement et suppressions des douleurs épisodiques. La kinésithérapie est une profession demandant de la patience et du savoir-faire. Une reconversion dans le domaine oblige à acquérir des connaissances en kiné mais aussi à disposer d’une certaine sensibilité relationnelle. 

Se reconvertir pour devenir kinésithérapeute

Présentation du métier

Le kinésithérapeute est un masseur professionnel chargé de corriger et prévenir les problèmes liés aux capacités fonctionnelles d’un patient. Il opère uniquement après un diagnostic médical. Le kinésithérapeute travaille manuellement ou avec des instruments adaptés. 

Le patient est souvent appelé à effectuer divers examens cliniques. Si les traitements induisent des massages, mouvements ou actions thérapeutiques, le kinésithérapeute prend le relais. 

Via des exercices définis, le kinésithérapeute corrige les mauvaises postures. Il aide également à réduire les douleurs et à acquérir des gestes plus fluides. Ce professionnel intervient autant sur les traumatismes que les maux moindres. La rééducation peut durer des semaines voire des mois selon l’état du patient. 

Le kinésithérapeute prend en charge tous les profils de patients. Outre sa fonction de rééducateur, ce professionnel dispense également des conseils. Le kinésithérapeute travaille dans la fonction publique ou en libéral.  

Les qualités nécessaires

Certaines qualités humaines sont recherchées chez les kinésithérapeutes. Elles sont des atouts majeurs dans l’exercice de leur métier. 

  • L’écoute : le kinésithérapeute doit mettre ses patients à l’aise et obtenir leur confiance. Il doit être attentif à leurs besoins et maux. La relation de confiance est importante lors des exercices physiques. Elle permet aux patients d’être détendus et d’effectuer des mouvements plus facilement ;
  • La sociabilité : le kinésithérapeute doit être capable d’établir facilement la communication. Il fait preuve d’empathie pour instaurer la confiance du patient ;
  • Une bonne condition physique : le kinésithérapeute reste souvent debout. Il doit aussi mobiliser une certaine puissance lors des exercices et manipulations des patients. Il doit ainsi faire preuve d’endurance au cours de séances plus ou moins longues ;
  • La rigueur : le kinésithérapeute doit faire attention lors de la manipulation de ses patients. Il doit ainsi être minutieux et détecter les points sensibles sur le corps pour procéder à la guérison. 

Quelle formation pour travailler dans la kinésithérapie ?

Pour devenir kinésithérapeute, un cursus universitaire de 5 ans est obligatoire. L’étudiant effectue une année de sélection, suivie de 4 années de préparation. 

Trois possibilités s’offrent aux étudiants pour accéder aux écoles de kinésithérapie :

  • La PACES : c’est la première année indispensable avant de poursuivre les 4 années de formation. Le concours PACES ouvre les portes de l’école spécialisée en kinésithérapie ;
  • Les écoles privées : ce sont des établissements dont la sélection s’effectue sans concours ; 
  • Les concours d’entrée : c’est une alternative pour les personnes qui n’ont pas passé le PACES. L’admission dépend de son classement lors des résultats du concours. 

Le cursus dans une école de kinésithérapie est partagé en deux cycles. Le premier cycle est consacré aux fondamentaux du métier. L’étudiant apprend des langues, des méthodologies spécifiques, l’ingénierie de la kinésithérapie, etc. Le second cycle est axé sur des modules préprofessionnels. L’étudiant effectue de la pratique et des travaux professionnels pour approfondir les acquis du 1er cycle. 

Carrière et opportunités d’évolutions

Le kinésithérapeute travaille au sein d’un hôpital ou d’une clinique au début de sa carrière. Il y acquiert de l’expérience professionnelle. Après 4 ans, il peut soit commencer à occuper un statut de libéral, soit préparer un autre diplôme. 

Le diplôme suivant est celui d’un cadre de santé, après un an de formation. Une formation de deux ans lui permet d’occuper le poste de directeur de soins. L’autre alternative consiste à se spécialiser dans un domaine précis de la kinésithérapie : respiratoire, rhumatologie, sport, etc. 

Les kinésithérapeutes souhaitant basculer vers l’ostéopathie doivent passer une formation spéciale en vue d’obtenir le diplôme correspondant.

Les salaires envisageables

En travaillant dans la fonction publique, au sein des hôpitaux et cliniques, un kinésithérapeute débutant touche environ 1 600 euros par mois. Ce salaire est doublé pour un professionnel avec une longue carrière. Si le kinésithérapeute travaille dans des centres spécialisés pour les handicapés, le salaire mensuel s’élève à 1 790 euros. 

Le soigneur a toutefois le choix de travailler en libéral. Dans ce cas, le salaire n’est pas fixe et dépend de sa clientèle. Si un débutant décide de se lancer en tant que libéral, il doit prendre en compte les investissements en matériel. 

Les métiers similaires

Découvrez les fiches métiers du même secteur

Ostéopathe

Chiropracteur