Se reconvertir dans les métiers du BTP

La routine des bureaux et la lassitude des longues journées passées devant l’écran poussent de nombreuses personnes à changer de voie. Le BTP se présente comme un des secteurs les plus sollicités dans le domaine de la reconversion. Ouverte à tous, cette sphère séduit autant de jeunes diplômés que de travailleurs blasés du quotidien. Un engouement justifié, car elle apparaît comme la clé de l’économie. Elle se trouve toujours à la recherche de plus de main-d’œuvre.

Métiers du BTP

Ce qu’il faut savoir sur les métiers du BTP

Avec les besoins grandissants en logement et en urbanisme, le BTP ne cesse de se développer. Ces dernières années, cette branche semble connaître une ascension encore plus fulgurante. Les avancées technologiques ont donné vie à de nouveaux métiers et mis en lumière des techniques de travail innovantes. Grâce aux naissantes préoccupations environnementales, ce domaine s’aventure également dans la sphère écologique. En outre, l’interdépendance du BTP avec d’autres pôles tels que l’industrie, l’hôtellerie et l’immobilier en fait une valeur sûre.

Ainsi, ce milieu englobe tout ce qui a trait à la construction. De la conception à la réalisation, en passant par l’encadrement, les opportunités semblent incommensurables. Les professions se déclinent notamment en deux catégories. D’une part, la branche du bâtiment se charge de l’édification d’ouvrages dans son intégralité. D’autre part, celle des travaux publics s’occupe de l’aménagement urbain.

Les qualités nécessaires

L’une des qualités indispensables pour prétendre à des métiers du BTP est l’aisance sociale. Les chantiers et les travaux se réalisent généralement en équipe et fréquemment avec des personnes qui ne se connaissent pas. Ainsi, un professionnel du BTP doit pouvoir facilement œuvrer avec autrui. De plus, en tant que fournisseur de services, établir un lien de confiance avec les clients s’avère primordial.

Quant au côté pratique, les fonctions du BTP requièrent des individus autodidactes et organisés dans leur manière d’opérer. Cela s’explique notamment par la nature technique et évolutive de ce domaine. Les ingénieurs BTP intègrent actuellement dans leurs apprentissages des normes légales, auparavant inexistantes. Les ouvriers, pour leur part, doivent constamment se mettre à jour par rapport aux nouveaux matériaux et méthodes développées.

Quelle formation pour travailler dans le secteur du BTP ?

Les études en BTP séduisent pour leur accessibilité et leur variété. Plusieurs institutions offrent des formations à court ou à long terme. Pour prétendre à un poste de maçon ou couvreur, un CAP ou un BP se révèle indispensable. Une spécialisation plus poussée reste cependant possible par un bac pro. Si vous voulez vous diriger vers le métier de constructeur de routes, plusieurs perspectives se présentent à vous. Le CAP, le bac professionnel, le BTS et le BUT en font partie.

Les métiers d’encadrement, du type chef de chantier, sollicitent quant à eux l’obtention d’un BTS ou d’un DUT. Pour certains projets et entreprises, un diplôme de licence est de rigueur. Concernant les chargés de conception, comme les ingénieurs BTP, une formation en école d’ingénieur s’inscrit comme la norme. Autrement dit, ce type d’emploi exige 5 années d’études supérieures. Enfin, les nouvelles tâches comme acousticien, ascensoriste ou domoticien sont confiées à des institutions plus spécialisées.

Carrière et opportunités d’évolution

Les routes, les installations électriques productrices d’énergie, l’adduction d’eau et les édifices divers dépendent du BTP. C’est un secteur clé qui continue de prendre de l’importance. De ce fait, la demande en ingénieur et responsable d’encadrement occupe une part considérable dans le marché du travail. 

Les cours de BTP sont dispensés pour permettre aux salariés d’acquérir plus d’expérience et de diplôme. Ainsi, à ses débuts, un ouvrier peut étudier en alternance de façon à monter facilement en grade. Les postes à la tête d’équipe représentent l’étape supérieure. Ensuite, il s’avère possible de prétendre à une formation continue d’ingénieur, une option qui sied parfaitement à la reconversion. Cependant, les promotions et l’obtention de diplôme restent spécifiques à chaque établissement et corps de métier.

Par ailleurs, en BTP, la tendance se penche vers les PME, car beaucoup de professionnels décident de fonder leur société. Avec les bagages nécessaires et une bonne stratégie de démarchage de client, l’autoentrepreneuriat revêt de nombreux avantages.

Les salaires envisageables

En moyenne, les ouvriers, donc les personnes en charge de la réalisation des travaux, gagnent 11 euros de l’heure. Avec l’acquisition de l’expérience et des connaissances dans le domaine, cette somme augmente. Ce facteur importe énormément, car le savoir-faire se perfectionne avec la pratique.

Les chefs de chantier débutants encaissent environ 1 600 à 2 200 euros par mois, sans compter les primes. Bien sûr, la variation des montants considère l’envergure du projet et des équipes gérées. Enfin, les métiers de la conception du type ingénieur BTP reçoivent 33 000 à 38 000 euros dans les premières années. Cette somme s’accroît selon plusieurs critères.

Les principaux métiers du BTP

Découvrez les fiches métiers du secteur