Se reconvertir dans les métiers de la petite enfance

Le secteur de la petite enfance se porte bien. En effet, ses structures d’accueil se multiplient et se diversifient. Ainsi, la recherche de personnels qualifiés est constante, suscitant des recrutements. Se réorienter vers ce domaine est un bon projet. Ces informations vous expliquent comment réussir une reconversion professionnelle.

Métiers petite enfance

Les métiers de la petite enfance, en bref

La mission principale attribuée aux professionnels du secteur de la petite enfance est généralement de garder des enfants. Il s’agit principalement de nourrissons, de bébés et d’enfants en bas âge. Ces métiers peuvent se diviser en quatre catégories :

  • La santé englobant, entre autres, les auxiliaires de puériculture, rééducateurs infantiles, psychomotriciens et les orthophonistes ;
  • L’éducation, rassemblant l’éducateur de jeunes enfants (EJE), l’assistante maternelle et l’agent territorial spécialisé d’école maternelle ;
  • L’animation, incluant les animateurs de centre de loisirs ou de vacances ;
  • La protection de l’enfance, comprenant les éducateurs et avocats spécialisés. Il existe aussi les juges pour enfant, les assistants sociaux et les psychologues.

Les structures d’accueil sont très variées, dont la halte-garderie à la maternelle, les crèches et le service de pédiatrie à l’hôpital. Il y a aussi le centre de protection maternelle et infantile (PMI). Il faut préciser que les parents des enfants concernés font également partie de la liste des employeurs. En plus, les assistantes maternelles, appelées habituellement nounous, accueillent aussi des enfants à leur domicile.

Les qualités nécessaires

Comme tous domaines relationnels, les qualités humaines sont précieuses pour exercer dans le secteur de la petite enfance. L’amour des enfants est une condition sine qua non, mais ne suffit pas. Il faut également avoir une grande patience, de la pédagogie, du recul, de l’autorité, de l’organisation et de la sérénité. En outre, un bon esprit d’équipe est aussi une qualité indispensable dans ce domaine.

Une grande capacité d’écoute, de la réactivité, de la douceur et de la bienveillance sont des qualités incontournables. Elles sont associées à un excellent sens relationnel. Par ailleurs, il est nécessaire d’être en bons termes avec les enfants, mais également les parents et les collaborateurs.

Les professionnels de la petite enfance doivent montrer une certaine flexibilité, un grand sens des responsabilités et de la polyvalence. En effet, il est essentiel qu’ils répondent aux besoins des parents. Ces derniers ont souvent des emplois du temps changeants.

Quelle formation pour travailler dans la petite enfance ?

Il existe plusieurs chemins pour accéder aux métiers de la petite enfance. Il y a tout d’abord des postes qui n’ont pas besoin de formations particulières ou accessibles sans diplômes. Néanmoins, les responsabilités qu’exigent la majorité des professionnels et l’éventuelle évolution ou reconversion obligent l’acquisition de certaines compétences. 

Plusieurs métiers sont accessibles sur concours et d’autres nécessitent obligatoirement l’obtention de diplômes. Ainsi, les professions de la petite enfance exigent des formations selon le poste et les responsabilités exigées, variant du niveau CAP à Bac+5.

Le CAP, appelé désormais AEPE (Accompagnant éducatif pour l’enfant), est le diplôme à obtenir pour évoluer dans ce secteur. Sanctionné au bout de deux ans, il permet d’acquérir la généralité des compétences nécessaires pour travailler dans ce domaine. Il donne également la possibilité de préparer l’entrée à d’autres examens ou concours de niveau supérieur.

Il faut noter que pour devenir Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles (ATSEM), le passage au concours est obligatoire.

Carrière et opportunités d’évolution

Le CAP AEPE est le diplôme phare permettant d’évoluer entre les différentes branches des métiers de la petite enfance.

C’est un secteur porteur pour différentes raisons telles que les départs en retraite massifs et les évolutions socioculturelles. La stabilité du taux de natalité en France y est aussi pour beaucoup. En vous réorientant vers cette branche, un avenir professionnel promettant vous attend. Selon les chiffres, 170 000 emplois seront créés d’ici 2022.

En outre, avec une courte formation, l’insertion sur le marché du secteur de la petite enfance est très rapide. C’est aussi un domaine qui est accessible à tout âge et praticable dans des lieux différents.

Les salaires envisageables

Dans le secteur de la petite enfance, le salaire varie entre le SMIC et 1 600 euros par mois ou 11 euros par heure. Ceci concerne les détenteurs d’un CAP AEPE. Avec plus d’expérience, cette rémunération mensuelle peut grimper. Un auxiliaire de crèche expérimenté perçoit 1 800 euros net par mois par exemple.

Dans la fonction publique territoriale, un :

  • Agent technique de la petite enfance est payé entre 1 550 à 1 700 euros, hors prime ;
  • Agent technique de la petite enfance de deuxième classe gagne entre 1 550 et 1 950 euros, toujours hors prime ;
  • Agent technique de la petite enfance de première classe perçoit entre 1 600 et 2 500 euros mensuel.

Les principaux métiers de la petite enfance

Découvrez les fiches métiers du secteur