Se reconvertir dans les métiers des plantes

L’appel de la nature, la lassitude de la paperasse ou l’envie de changement, tant de chemins mènent à la reconversion. Choisir un métier des plantes revient à faire de sa passion une source de rémunération. Cette opportunité séduit pour de nombreuses raisons. Les bureaucrates cherchent à s’éloigner des écrans, les ouvriers du béton. La jeune génération connaît également un engouement de plus en plus important pour l’écologie. Informez-vous sur les métiers des plantes en vue d’une reconversion. 

Métiers plantes

Les métiers des plantes en général

Si vous vous êtes toujours intéressé à la flore, vous trouverez sûrement votre place dans la sphère des plantes. Le domaine regroupe des professions de toutes sortes. Certaines touchent la décoration, d’autres la médecine ou l’agriculture. Il faut savoir que les végétaux se déclinent en plusieurs espèces. Chaque variété dispose de ses propres utilités et vertus. Les fonctions y afférant diffèrent donc selon ces critères. 

Les activités liées aux plantes d’ornementation se focalisent, entre autres, sur l’aspect esthétique de celles-ci. Dans cette catégorie d’emplois, on peut citer les paysagistes, les jardiniers ou les fleuristes. Les postes à connotation scientifique, comme l’aromathérapie, s’intéressent pour leur part aux herbes médicinales. 

Enfin, rarement classifiée comme métier des plantes, l’agriculture biologique comprend cependant toutes les conditions nécessaires à cette nomination. Elle consiste à entretenir des végétaux comestibles sans l’aide de produits synthétiques.

Les qualités nécessaires

Pour aspirer à des professions en rapport avec les plantes, la passion pour la nature est de rigueur. En effet, ces emplois s’adressent aux amoureux du grand air et des activités en relation avec la terre. Quant à l’aspect pratique, les spécialistes de la flore se distinguent par leur soif de savoir et leur curiosité. Malgré l’existence de formations, les végétaux demeurent une source inépuisable de connaissances.

En raison de la diversité des missions, les prérequis varient d’une activité à une autre. Toute fonction liée à la floristique, entre autres, sollicite une fibre artistique. L’aménagement des paysages et des jardins réclame, quant à lui, de la créativité. Enfin, lorsqu’on fait référence aux pépiniéristes et aux agriculteurs biologiques, le maître mot est la patience. Ils passeront beaucoup de temps à labourer la terre et à s’assurer du bien-être des plantes.

Quelle formation pour travailler dans le secteur des plantes ?

Les professions en lien avec les plantes connaissent un réel essor, avec des cursus qui priorisent notamment la reconversion. Le parcours classique de ces métiers commence par un CAP avec une spécialisation en bac pro. C’est le cas des fleuristes, des décorateurs, des jardiniers, des agriculteurs biologiques ou des pépiniéristes. Pour certains, le BTS est même disponible. 

Afin de prétendre au poste de paysagiste, des études supérieures sont primordiales. Pour cela, il existe des écoles en ingénierie qui offrent des formations particulières. D’autres institutions d’apprentissage fournissent également un BTS et un master en aménagement paysager.

Enfin, tout type de profession liée aux plantes thérapeutiques requiert des formations médicales au préalable. Ainsi, la phytothérapie et l’aromathérapie s’exercent exclusivement par des médecins ou pharmaciens ayant suivi des enseignements additionnels en la matière.

Carrière et opportunités d’évolution

La génération contemporaine reconnaît de plus en plus l’importance du retour à la terre. La mode décorative tend progressivement vers le naturel. La promotion du style de vie bio se retrouve à tous les coins de rue. Ainsi, ces révolutions contribuent fortement au renouveau de ce secteur qui se trouve actuellement dans ses meilleurs jours.

Le nombre des entreprises qui exercent dans le milieu des plantes ne cesse d’augmenter et se diversifier. Cette situation concourt à accroître les débouchés dans ce domaine. Pour le travailleur reconverti ou le jeune diplômé, la priorité réside dans l’acquisition d’expérience, d’où l’importance d’intégrer des structures.

Des formations continues rendent possible la prétention à de nouveaux titres ou à des promotions, spécifiques à chaque corps. Après des années de pratiques, beaucoup de personnes choisissent de fonder leur propre entreprise ou d’opter pour la profession libérale.

Les salaires envisageables

Les opérateurs dans le secteur des plantes possèdent le choix entre devenir salarié ou travailler pour leur propre compte. La différence de rétribution s’explique surtout par la renommée et la clientèle de chacun.

La rémunération des phytothérapeutes est basée sur les heures de service. En moyenne, les frais de consultation varient de 30 à 50 euros. Cependant, les débutants commencent généralement à 1 500 euros par mois. Les paysagistes, quant à eux, partent de 1 800 euros. 

Une fois que vous êtes expérimenté, le salaire se situe entre 2 400 et 2 800 euros par mois. Le fleuriste novice reçoit souvent le SMIC. Avec une échoppe à son compte, il encaisse jusqu’à 3 500 euros de revenu mensuel. Enfin, un jardinier fraîchement diplômé gagne environ 1 600 euros dans le mois. Grâce à une clientèle élargie, cette somme peut croître rapidement.

Les principaux métiers des plantes

Découvrez les fiches métiers du secteur