Se reconvertir dans les métiers de bouches et de la restauration

Si vous cherchez une branche propice pour une reconversion, celui des métiers de bouche et de la restauration est un choix de prédilection. Obligé de s’adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, ce domaine est en recherche constante de nouveaux talents. Comment se reconvertir dans ce milieu ? Aussi, quelle formation suivre ? Quelles sont les qualités requises ? Les réponses dans cette fiche. 

Métiers restauration

Les métiers de bouche et de la restauration

La France compte de nos jours près de 90 000 établissements de bouches employant environ 330 000 salariés. Les métiers de bouche collaborent avec de nombreuses filières. 

Dans le domaine du sucre, on cite le boulanger, le chocolatier, le pâtissier, le confiseur, le crêpier et le glacier. Dans celle de la viande, on trouve le boucher (mouton, bœuf…), le charcutier, le tripier et le volailler. Pour la transformation des produits laitiers, le fromager et le crémier sont les premiers à sortir du lot. Dans celle de la poissonnerie, on inclut l’écailler et le poissonnier.

La filière de la restauration compte le cuisinier, le commis de cuisine, le traiteur, le sommelier et le serveur. Il est aussi à noter que d’autres métiers dépendent indirectement de ce secteur. Il y a, entre autres, le valet de chambre, le gouvernant, le réceptionniste et le directeur d’hôtel. 

Les qualités nécessaires

Quelques qualités sont indispensables pour intégrer le secteur de la bouche et de la restauration. D’emblée, il convient de faire ce métier avec passion pour créer et se démarquer de la concurrence. Une grande capacité à répondre aux besoins des consommateurs est aussi un atout. 

Le sens de l’hygiène et le respect des normes de consommation sont aussi exigés dans cette filière. Les clients se tournent toujours vers les artisans qui proposent des produits frais, bio et dont l’origine est connue. 

Pour vendre, les aspirants aux métiers de bouche et de la restauration doivent savoir convaincre les clients et être présentables. 

Il est primordial de posséder une grande motivation et avoir le sens de service afin de supporter les rythmes du travail et ses conditions. L’esprit d’équipe est aussi un atout utile dans ce secteur. L’organisation de travail dans les métiers de bouche et de la restauration se fait souvent à la chaîne. La défaillance d’un collaborateur peut impacter sur l’ensemble du travail. 

Des qualités physiques sont aussi demandées pour certains postes. En effet, le boucher et le pâtissier doivent parfois supporter certaines charges. De même, le réceptionniste ou le barman se tiennent la plupart du temps debout pendant toute la journée. 

Quelle formation pour travailler dans le secteur de la restauration et les métiers de bouche ?

Pour accéder aux métiers de bouche et de la restauration, il faut au minimum un CAP qui se prépare deux ans. Il permet d’acquérir les connaissances de base de la profession. Il permet d’ores et déjà d’intégrer le marché du travail. 

Le Bac professionnel est la prochaine étape pour continuer des études dans ce secteur. Pour des postes de responsabilité, le BTS est à envisager (BTS en mercatique, art culinaire ou responsable d’hébergement). Concernant les études plus poussées, la licence professionnelle et le master sont disponibles. 

Pour une reconversion professionnelle, les formations qualifiantes sanctionnées par un Certificat de Qualification Professionnel (CQP) sont accessibles. Les programmes à distance sont également disponibles pour permettre aux salariés de s’imprégner du métier tout en continuant de travailler. 

Carrière et opportunités d’évolution

À l’issue de leurs formations, les aspirants aux métiers de bouche peuvent prétendre à des emplois dans les supermarchés. Les épiceries, les hôtels et restaurants les accueillent également. 

L’évolution de carrière dans ce secteur se traduit par la prise de plus de responsabilités. Un boulanger peut par exemple devenir responsable de rayon ou de laboratoire. Dans la restauration, il est possible de prétendre à des postes de management après quelques années dans le métier. 

Il est également possible de monter son propre restaurant ou d’en reprendre un. La spécialisation est aussi un atout pour évoluer dans cette filière. Il est possible pour un boulanger de se consacrer entièrement à la boulangerie artisanale. 

Grâce à la réputation de la gastronomie française, une possibilité de carrière à l’étranger est aussi envisageable pour les plus aguerris. 

Les salaires envisageables

Le SMIC est la référence dans le métier de bouche et de la restauration. Ce salaire peut augmenter après quelques années d’expérience et en prenant un poste de responsabilité. La rémunération dépend de la branche, du poste occupé et du nombre d’années d’expérience. En moyenne, ce revenu se situe entre 26 000 et 30 000 euros brut par an. Un directeur de supermarché, quant à lui, peut percevoir entre 24 000 et 39 600 mensuel. Un directeur de restaurant est dans la possibilité de gagner entre 26 400 à 36 000 euros brut par an. Pour un métier libéral, la rémunération annuelle brute atteint les 36 000 à 48 000 euros.

Les principaux métiers de bouches et de la restauration

Découvrez les fiches métiers du secteur