Se reconvertir dans les métiers du social

Le vieillissement de la population se fait ressentir à l’heure actuelle. Il en est de même de la nécessité d’aider les gens en difficultés. Tout cela rend les alternatives professionnelles du secteur social inépuisable. Se convertir en éducateur spécialisé ou en assistante sociale est ainsi une solution pour avoir un emploi stable. Pour faciliter votre démarche de reconversion, voici quelques informations nécessaires à savoir sur les métiers du social.

Métiers social

C’est quoi les métiers du social ?

Actuellement, les professions dans le secteur social sont en pleine expansion. En effet, plusieurs facteurs incitent les salariés à changer de profession. Il s’agit notamment du stress du métier, de la monotonie du travail ou du fait d’être un simple exécuteur. En général, leur objectif est de revaloriser leur capacité intellectuelle, professionnelle et relationnelle. Cette perspective implique une relation sociale intense qui n’est possible que dans le secteur social.

Les professions du social se divisent généralement en quatre catégories, à savoir les métiers de :

  • L’éducation spécialisée : s’occupant l’éducation ou l’accompagnement éducatif d’une population plus ou moins ciblée ;
  • L’action sociale : ayant comme rôle d’aider les personnes en difficulté ;
  • L’aide à domicile : apportant une aide relationnelle, mais aussi matérielle au domicile, comme de personnes âgées, ou handicapées ;
  • L’insertion professionnelle : aidant les demandeurs d’emploi.

Les qualités nécessaires

Tous les métiers du social ne sont pas faits pour les timides et ceux qui ont des difficultés pour aller vers les autres. En effet, ils exigent du professionnalisme en la matière. De même, ils demandent :

  • De grandes qualités d’écoute empathique ;
  • Un sens du contact très développé ;
  • De la patience et de la disponibilité.

En outre, certains métiers exigent des compétences plus précises. L’aide-soignant s’occupe de la toilette et de l’hygiène des patients. Ainsi, il doit être en bonne condition physique, bien organisé, responsable et avoir une notion en psychologie. De même, l’assistant(e)-maternelle, accueillant des enfants en bas âge à son domicile, est tenu de savoir communiquer avec eux. Enfin, savoir manager une équipe et gérer le stress sont des qualités en plus exigées pour le directeur d’une crèche.

Quelle formation pour exercer dans le secteur du social ?

En France, environ 450 établissements offrent des formations dans le social. Certains sont accessibles sans ou avec le bac ou un bac+2. Concernant les diplômes d’État du travail social, il en existe 11, correspondant chacun à une spécialisation précise. Cela concerne notamment des formations pour l’accompagnant éducatif et l’assistant familial. La durée de la formation est de 1 à 3 ans dans les écoles sociales et établissements publics ou privés agréés.

Il existe également d’autres formations du social. D’une part, les Brevets de Technicien supérieur (BTS) pour ceux qui s’intéressent à l’économie sociale et familiale. Il existe la possibilité de continuer, sous certaines conditions, cette formation en licence professionnelle.

Par ailleurs, à partir de cette année 2021, le Bachelor universitaire de Technologie (BUT) devient accessible. Il s’agit d’un nouveau diplôme qui s’accomplit en trois ans avec 24 spécialités, y compris les carrières sociales.

En outre, d’autres formations complémentaires sont disponibles pour ceux qui souhaitent se spécialiser dans les relations familiales ou la toxicomanie, etc.

Carrière et opportunités d’évolution

En général, la formation continue au sein d’une entreprise ou d’une organisation est la clé de l’évolution de carrière. Dans le cadre de l’assistant social, la possibilité d’évoluer à un poste supérieur est envisageable. Cela concerne surtout les postes d’encadrement et de direction de services ou d’établissements sociaux.

Pour ce faire, une formation d’un an à temps plein ou de 3 à 4 ans en continu est nécessaire. Vous obtiendrez à l’issue le certificat d’aptitude à la fonction de directeur. En outre, l’ancienneté permet de saisir des opportunités. Un assistant social, qui travaille pendant 3 ans, peut passer le Diplôme d’État d’ingénierie sociale. Ce dernier qui lui donne accès à des postes d’encadrement.

Pour exercer le métier d’un éducateur spécialisé, il faut être titulaire du diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES). Par la suite, il aura l’opportunité de reprendre ses études pour de nouvelles fonctions, comme chargé d’étude ou conseiller technique.

Pour les autres catégories de métiers sociaux, la procédure d’évolution est la même que celle des précédentes.

Les salaires envisageables

Les rémunérations dans le secteur social sont très variées. Pour les assistants de service social, elles dépendent des employeurs. Dans la fonction publique d’État et la territoriale, le traitement brut mensuel varie de 1 514 à 2 602 euros. Par contre, au sein du secteur privé associatif et du secteur hospitalier, les salaires sont légèrement plus élevés.

Dans la fonction publique, les honoraires d’un éducateur spécialisé sont compris entre 1 626 et 2 727 euros, selon le grade du concerné. À cette base s’ajoutent les différentes indemnités. Pareillement, dans le secteur privé, le salaire est généralement plus élevé.

Les principaux métiers du social

Découvrez les fiches métiers du secteur

Assistant social