Se reconvertir dans les métiers du sport

Composante essentielle de la vie quotidienne, la filière sportive suscite les ferveurs des plus passionnés. Ce secteur à fort potentiel promet des alternatives de carrière et d’évolution attrayantes. Les associations et centres de remise en forme se multiplient dans le pays. Conséquence : une clientèle abondante et un recrutement foisonnant. Loin de se limiter aux professions de coach sportif, cette branche accueille des profils issus de tous les horizons. 

Métiers du sport

Revue sur les métiers du sport

Dynamique et prometteuse, la filière sportive offre une pléthore de débouchés. Elle regroupe des intervenants aux parcours variés. Plus riche qu’on ne le pense, ce domaine compte plus de 350 000 professionnels. Ceux-ci exercent dans diverses structures. Jeunes diplômés ou individus en reconversion, le secteur est ouvert à tous.

Par ailleurs, il se décline en maintes catégories. D’une part, la filière médicale regroupe les masseurs-kinésithérapeutes, les diététiciens, les formateurs ou les rééducateurs. Leurs rôles consistent principalement à assurer la préparation ainsi que le suivi des pratiquants. D’autre part, la branche de fabrication et de conception comporte les chercheurs en biomécanique, la biologie, l’ergonomie…

Ce n’est pas tout ! À part les métiers d’encadrement, comme entraîneur et professeur de gymnastique, une quantité d’acteurs intervient. Gestionnaires d’installation, attachés de presse ou commerçants sportifs, toutes les compétences sont les bienvenues.

Les qualités nécessaires

Si ces emplois se caractérisent par leur diversité, ils reposent tous sur un profond attrait pour les activités physiques. Cette appétence ne se limite pas à la pratique de la discipline, mais à tout ce qui touche la filière. Événements, gestion d’équipements, fabrication de matériels, il existe tant de manières d’être féru de sport.

Par ailleurs, ces métiers demandent de la patience et de la motivation. En effet, pour se faire un nom dans le milieu, les reconvertis doivent passer par plusieurs étapes, parfois longues. Des facultés relationnelles sont également de rigueur, notamment pour le domaine du commerce, du management et de l’enseignement.

Aussi variées que soient les activités qui composent le secteur, les prérequis pour chaque spécialité le sont tout autant. Le journalisme sportif demande des aptitudes rédactionnelles irréprochables, alors que l’animation exige la maîtrise des outils pédagogiques. Les acteurs de la santé, eux, doivent disposer de solides bases en médecine générale.

Quelle formation pour accéder aux métiers du sport ? 

La sphère sportive a beau être adaptée à tous, les métiers qui le constituent ne s’improvisent pas. Pour percer dans ce milieu, intégrer des formations s’avère indispensable, d’autant que la tendance est à la professionnalisation.

Des parcours de type brevet, licence ou master sont ainsi disponibles. Ceux-ci sont consacrés à des cours spécialisés, comme le tourisme sportif, l’animation ou la médiation sociale. Par exemple, la licence pro « activités sportives » comporte différentes mentions. La gestion et le développement des organisations, des services sportifs et de loisirs en font notamment partie. Certaines universités offrent également un DU « préparation physique des sports d’équipe » ou « Management des clubs sportifs ».

Naturellement, chaque branche possède le cursus qui lui est dédié. Le médecin sportif, entre autres, devra acquérir un Diplôme d’études spécialisées complémentaires, en plus de son cycle en médecine générale. Pour convaincre les chasseurs de talents et développer constamment son savoir-faire, les formations continues sont recommandées.

Carrière et opportunités d’évolution

En pleine croissance, la branche sportive réserve de grandes perspectives de carrière. Elle permet en effet d’exercer dans différentes entités, aussi bien publiques que privées, et même associatives.

L’émergence de nouvelles démarches et l’élargissement de la clientèle constituent d’importantes opportunités de recrutement. Les séniors et la gent féminine figurent désormais parmi la population cible. Au fil du temps, les pratiques ne cessent de se multiplier. Ainsi, les clubs et les salles de fitness ne sont plus les seules structures qui embauchent, notamment pour les coaches.

Dans ce pôle, l’évolution de carrière s’opère de différentes manières. Si pour certains, elle consiste à accéder à un poste-cadre, d’autres progressent en créant leurs propres établissements. Toutefois, pour espérer grimper les échelons, mieux vaut se perfectionner dans un domaine particulier. Vous pourrez évidemment multiplier vos spécialités pour toucher un public plus large.

Les salaires des métiers du sport

Une multitude de fonctions animent la filière sportive : chaque poste possède sa rémunération moyenne. Ainsi, le vendeur d’articles touche généralement le SMIC à ses débuts. Quant au professeur d’éducation physique, il gagne entre 2 900 et 3 500 euros. Le moniteur, de son côté, empoche autour de 1 600 euros. Le maître-nageur peut prétendre à une rémunération de 1 800 à 2 000 euros.

Les rétributions dans ce milieu sont très contrastées. Outre le domaine de prédilection, la structure intégrée influe sur le revenu. De plus, l’acquisition de compétences et d’expérience permet d’améliorer votre salaire, sans compter l’exercice d’un poste à responsabilités. Pour les travailleurs indépendants, leurs honoraires croissent généralement en fonction de leur notoriété.

Les principaux métiers du sport

Découvrez les fiches métiers du secteur