Se reconvertir dans les métiers du vin

Se reconvertir en spécialiste du vin, voilà le défi que relèvent de nombreux fervents. Un changement à portée de main, puisque cette filière offre des perspectives de carrière séduisantes. D’ailleurs, la réorientation professionnelle dans ce domaine a le vent en poupe ces dernières années. L’apparition des tendances comme l’œnotourisme a fait naître de jeunes acteurs. Envie d’en savoir plus ? Découvrez tout dans cet article.

Métiers du vin

Infos sur les métiers du vin

Le marché du vin demeure florissant dans l’Hexagone. En effet, la France peut se vanter d’être l’un des plus grands distributeurs mondiaux. Rien qu’en 2018, le pays possédait 786 000 hectares de vignes et produisait ainsi plus de 46 millions d’hectolitres. Cette situation laisse de grandes perspectives d’emplois à ceux qui désirent se lancer dans le milieu.

Divers types de cette recette traditionnelle sont élaborés. Entre le vin rouge, blanc ou rosé, les travailleurs peuvent choisir leur spécialité. Cette filière, présente dans 66 départements, regroupe environ 558 000 professionnels. Vignerons, viticulteurs, maîtres de chai, sommeliers ou cavistes, plusieurs acteurs œuvrent pour la confection d’une formule de qualité. 

De la plantation des treilles à la dégustation, il s’agit d’un long processus qui fait appel à de nombreux protagonistes. Chaque intervenant possède son propre rôle. Si certains ont pour mission de récolter les plantes, d’autres fabriquent la substance. Par ailleurs, quelques agents se chargent de la commercialisation du produit.

Les qualités nécessaires

Les métiers du vin exigent une profonde passion : une qualité indispensable pour être un artisan aguerri. Leur exercice requiert notamment une appétence envers les démarches de fabrication et les cépages. Ainsi, la pratique de la profession résulte d’une réelle vocation. 

Toutefois, pour s’épanouir dans cette filière, la ferveur est loin de suffire. En constante relation avec les clients et les collaborateurs, les spécialistes doivent avoir le goût de la communication. Pour certaines sphères, disposer d’une grande endurance s’avère essentiel. Le vigneron et le viticulteur, par exemple, exercent un travail sur terrain. Leur condition physique doit ainsi être irréprochable.

Les compétences techniques se révèlent tout aussi cruciales. Pour le vigneron, une compréhension de l’agronomie s’impose. À hauteur du viticulteur, les règles de gestion budgétaire, humaine et matérielle doivent être appréhendées. La maîtrise des outils marketing constitue également un atout indispensable. 

Quelle formation pour accéder aux métiers du web ? 

Pour emprunter une carrière du secteur vitivinicole, de nombreux parcours existent. Ils sont accessibles à tous les degrés de formations, allant du CAP au master. Ainsi, de multiples écoles offrent des apprentissages de type Bachelor ou BTS. Par ailleurs, un brevet de technicien supérieur agricole, un BTS technico-commercial ou viticulture sont proposés. Ils vous permettent d’occuper des postes-cadres.

Maints établissements procurent également une licence professionnelle. Ces enseignements vous ouvrent plusieurs portes, notamment celle de responsable de culture. Si vous souhaitez pousser vos connaissances plus loin, suivez les formations pour obtenir un diplôme national d’œnologie. Équivalent au bac+5, il vous permet d’exercer la fonction d’œnologue.

Pour œuvrer dans un domaine bien précis, des études spécialisées s’offrent à vous. Le CAPA vigne et vin, par exemple, vous donne accès au métier d’ouvrier viticole. De même, le brevet professionnel sommellerie et le CAP tonnelier sont disponibles pour les personnes de niveau CAP.

Carrière et opportunités d’évolution

La filière viticole se prête à de belles perspectives d’emploi. Pour les plus habiles, intégrer une exploitation prestigieuse s’avère aisée. Domaine commercial ou de distribution, plusieurs postes vous attendent selon vos spécialités. Les travailleurs indépendants gagnent également de plus en plus de terrain dans ce domaine. 

Ces métiers offrent des opportunités d’évolution intéressantes. Les passionnés peuvent de ce fait élargir leur talent. Pour chaque secteur, un développement du savoir-faire est envisageable.

Le caviste, professionnel de la conception du vin, s’élève ainsi au statut de maître de chai et même d’œnologue. Ensuite, il peut prétendre à un poste de directeur technique. Le viticulteur, quant à lui, peut espérer se hisser au rang de vigneron, voire chef de culture. Le sommelier, par ailleurs, peut accéder à des postes-cadres ou intégrer des établissements réputés. Quoi qu’il en soit, ces progressions sont rendues possibles grâce aux expériences acquises en cours de carrière. 

Les salaires des métiers du vin

La rémunération moyenne d’un débutant dans ce milieu tourne autour de 1 600 euros. Toutefois, quelques variantes peuvent intervenir et justifier une différence d’honoraires entre les acteurs. Le niveau de formation, la taille de l’exploitation et le type de vin produit influent notamment sur le revenu mensuel.

Ainsi, un caviste empoche près de 2 500 euros au démarrage. Le vigneron touche autour de 2 250 euros. Quant au commercial, son salaire avoisine les 2 600 euros. Évidemment, ces rémunérations évoluent en fonction de l’expérience et la réputation de chaque travailleur. L’œnologue, par exemple, peut percevoir jusqu’à 5 000 euros en fin de carrière.

Les principaux métiers du vin

Découvrez les fiches métiers du secteur