Se reconvertir pour devenir ostéopathe

L’ostéopathe aide ses patients à soulager des maux divers. Dans sa pratique, ce professionnel se sert uniquement de ses mains. Ce métier exige de la patience, mais aussi une certaine dextérité dans les gestuelles. Les traitements dispensés doivent impérativement décharger le sujet de ses douleurs. La reconversion dans le métier est envisageable pour les personnes qui remplissent les conditions exigées.

Se reconvertir pour devenir ostéopathe

Présentation du métier

L’ostéopathe est un professionnel de la santé intervenant dans les problèmes dysfonctionnels du corps humain. Il agit sur les maux dorsaux, les problèmes urinaires, etc. Ce praticien utilise exclusivement des techniques manuelles pour soulager les divers troubles.

L’ostéopathe procède par étapes pour soigner le patient. Il commence par la consultation, puis recueille le maximum d’informations pour déterminer les sources et les manifestations des maux. Par la suite, il sera à même d’établir un bilan des traitements. Le praticien incite alors le patient à décrire minutieusement les symptômes.

Le praticien utilise ses mains pour une auscultation physique. À travers des palpations et massages, il est capable de déterminer les points douloureux et les origines des gênes. L’ostéopathe commence les séances avec des gestuelles précises qui ne provoquent pas de douleurs chez le patient. Le traitement des maux s’effectue via diverses techniques : tractions, rotations, étirements et poussées.

Parmi les cas les plus fréquemment traités par un ostéopathe figurent les personnes souffrant de douleurs lombaires, tendinites et entorses. Généralement, le praticien consulte des sportifs et des individus exerçant des métiers physiques, mais sa clientèle n’est pas limitée. Il reçoit également des enfants, des personnes âgées ou handicapées, etc.

Les qualités nécessaires

Pour embrasser le métier d’ostéopathe, certaines qualités sont inhérentes, à savoir :

  • Un excellent sens du relationnel. Le professionnel est notamment tenu de mettre à l’aise son patient. Pour rassurer les plus réticents, l’ostéopathe doit établir une relation de confiance avec eux ;
  • Une maîtrise des techniques adaptées à cette fonction, car une mauvaise manipulation peut engendrer d’autres maux ;
  • Une patience inébranlable. En effet, certains traitements demandent du temps pour afficher son efficacité. Un patient peut également avoir du mal à se livrer complètement. Le praticien doit ainsi être flegmatique et attentif ;
  • Faire preuve de douceur : le patient ne doit pas ressentir de fortes douleurs lors de la manipulation. Le praticien doit ainsi savoir palper en douceur, mais de manière précise pour traiter efficacement les maux ;
  • Une bonne condition physique : l’ostéopathe doit pouvoir manipuler des patients aux corpulences variables. Même avec un maniement doux, il importe d’effectuer des mouvements éreintants. En plus, comme l’intervention est plus ou moins longue, elle oblige le professionnel à rester debout durant des heures.

Quelle formation pour travailler dans la santé en tant qu’ostéopathe ?

Le Diplôme d’ostéopathie ou DO est obligatoire pour exercer le métier. Un cursus de 5 ans est indispensable pour préparer ce diplôme. L’étudiant devra ainsi intégrer une école agréée par le ministère de la santé.

Les premières années sont consacrées aux cours théoriques. Les étudiants passent aux pratiques à partir des deux dernières années. À l’issue de la formation, un titre d’ostéopathe homologué est délivré à chaque étudiant.

Les professionnels de la santé en cours de carrière peuvent bénéficier de formation pour devenir ostéopathes. C’est le cas des infirmiers, sages-femmes, pédicures podologues et kinésithérapeutes. Par ailleurs, les docteurs peuvent passer un diplôme universitaire ou interuniversitaire de médecine manuelle-ostéopathie.

Carrière et opportunités d’évolution

Ce métier n’est accessible qu’aux titulaires d’un DO avec un statut officiel d’ostéopathe. Le débutant peut alors exercer dans un centre hospitalier ou en tant que libéral.

Par ailleurs, une formation continue est accessible aux diplômés. Durant une année, celle-ci ouvre la voie vers le domaine de la recherche relatif à l’ostéopathie. Une autre option donne accès à une spécialisation dans le secteur.

Les salaires envisageables

À la différence des autres métiers de la santé, la rémunération d’un ostéopathe est relativement irrégulière. Il devient alors impossible de déterminer avec exactitude le salaire brut mensuel. Les gains de ce praticien sont basés sur le prix d’une consultation, variant entre 50 et 90 euros.

Selon le nombre de clients, un ostéopathe en début de carrière peut gagner environ 1 300 euros mensuels. Ce chiffre est à revoir selon sa notoriété et du volume de patients. Les salaires peuvent ainsi atteindre les 10 000 euros par mois. Par ailleurs, le lieu d’implantation du cabinet, la situation et l’expérience de l’ostéopathe impactent fortement ce chiffre.

Les métiers similaires

Découvrez les fiches métiers du même secteur

Kinésithérapeute